Hélène Muheim

En cours

Hélène Muheim est une artiste plasticienne qui s’est d’abord concentrée sur la technique de la peinture. Aujourd’hui, elle travaille le graphite, en poudre ou en crayon, et les ombres à paupières pour se consacrer à l’art du dessin. Ces ombres colorées interviennent de manière estompée, jouant sur la transparence, la superposition, tout en invitant la lumière à parcourir le papier. Par cette technique, elle s’inspire du sfumato de Léonard de Vinci, dont les vues lointaines subliment les scènes au premier plan.

 

Le paysage, et plus largement le thème de la nature, est prédominant dans la pratique artistique d’Hélène Muheim. Ses horizons, souvent isolés par un « blanc-contournant », incrustés et cernés par le papier, ont des allures de miroirs déformants, une perception sur un état figé de la nature. Il s’agit en fait de souffler ces « bulles de souvenir qui se déposent sur le papier ». Des paysages intimes et oniriques se forment comme des mythes nouveaux, restituant ainsi l’expérience mémorielle de territoire traversés dont l’échelle qui importe peu, est imprégnée par l’idée d’apaiser l’âme et la nécessité d’intégrer de nouvelles relations au Vivant.

 

Selon l’artiste « Les images avec lesquelles on a grandi, notamment issues de l’histoire de l’art, ont façonné notre imaginaire et s’entrecroisent dans nos mémoires. ». Les représentations de paysage ont donc un intérêt particulier dans l’historicité que celles-ci lui inspirent. Aussi, dans ces horizons, s’immisce parfois un animal, revêtant alors une valeur symbolique voire mystique.

 

Ces œuvres se veulent une ode à la nature mais aussi l’expression du rapport de l’homme à celle-ci, responsable des constructions qui en affecte la pureté. En livrant un instantané de ces paysages dans un état de totale préservation, l’artiste en préserve la mémoire et la beauté.

 

Entre le constat tragique de la disparition des paysages et la sublimation de ceux qui existent encore, Hélène Muheim mène une réflexion poétique et riche de sens aux yeux du regardeur.