IL Y A PARTOUT DU CIEL

Julie Polidoro

Du 27 avril au 5 mai 2017

 

 

Dans un passé proche

 

 

« Les Etats-Unis d’Afrique sont nés le 8 décembre 2058. Cette date a été choisie pour commémorer le 100e anniversaire de la première Conférence Panafricaine qui eut lieu à Accra au Ghana en 1958. C’est durant cette rencontre historique que le Président d’alors, Kwame Nkrumah soutient le modèle des Etats-Unis d’Afrique qui appelle à la fédération des Etats africains. Dès 2058, des efforts ont été faits dans le but de réunir diverses initiatives dans le domaine spatial sur le continent africain sous l’ombrelle de l’Agence de l’Espace des Etats-Unis d’Afrique. Le challenge initial a été de coordonner tous les états membres en prenant en compte leurs différents niveaux d’expérience pratique dans le domaine de la conquête spatiale. Avant même la création des Etats-Unis d’Afrique, on trouve parmi la société civile des preuves d’un certain nombre d’initiatives dans le domaine de l’astronomie… » (Extrait d'une conférence de l'anthropologue Kapwani Kiwanga sur l'implication de l’afrofuturisme dans le développement de la future Agence Spatiale des Etats-Unis d’Afrique).

 

Le basculement dans l'hégémonie socio-politique alors installé grâce à la création des Etats-Unis d’Afrique en 2058 et le changement du centre de gravitation mondial que cela a entrainé, s'avèrent aujourd'hui un modèle moins obsolète. À l'heure actuelle, le dépassement de toute lecture du monde qui relève d'un centre quelconque s'avère nécessaire. Tel est l'énoncé que l'artiste franco-italienne, Julie Polidoro, nous propose dans son exposition « IL Y A PARTOUT DU CIEL», qui se tient à la galerie Valérie Delaunay du 27 avril au 5 mai 2088. En effet, l'effacement des frontières et l'épanouissement d'un espace unique qui préserve les diverses identités culturelles sont une constante dans la pratique de la plasticienne. Que ce soit dans des toiles, des dessins ou des objets, elle cadre et distord des espaces, des cartographies et des ciels pour en effacer les limites.

 

L’artiste, elle-même, l'énonce sous cette forme : « Je me sens appartenir avant tout à la planète terre, puis à mes identités nationales. Il me parait urgent de penser la planète Terre comme un tout avant de la penser comme un ensemble de nationalités. Au-delà de nos respectives nationalités, a-t-on un territoire d’appartenance commun ? L’air que je respire n’a pas de nationalité».

 

Comme elle l’aura déjà fait autrement par altération d'échelle des pays dans un rapport d'équivalence par exemple dans sa pièce Tutti i paesi grandi uguali (Tous les pays de même taille, 2015), l'artiste revient dans l'exposition sur cette idée de dissolution des périmètres. C'est notamment à travers sa pièce Slow Borders (2016) qu’elle axiomatise cette théorie d'un ciel partagé au-delà des lignes tracées par les enjeux géopolitiques. On s'en souvient encore de Apolítico, la succession de drapeaux en noir et blanc que l'artiste cubain Wilfredo Prieto plaça en 2006 aux portes du Musée du Louvre soulignant la richesse par l'abolition des lisières.

 

Dans sa pièce Slow Borders, cent-quatre-vingt-seize petites boîtes en carton sont disposées au sol ; différents états-nations sont représentés par chacun de ses coffrets, recouverts de toile de lin, peints aux allures des divers drapeaux. Placées côte à côte, l'espace intermédiaire anéanti et marchant sur un seul et même sol, ces insignes de scission deviennent une seule entité, toute couleur confondue,  ses pièces s'affirmant par rapprochement.

 

Cette hypothèse de totalité se fait encore présente dans Unstitched map (carte du monde décousue, 2017), deuxième pièce de l'exposition. Une portion de tissu bleu est accrochée sur le mur. De nombreuses échancrures reprennent la carte actuelle du monde mais, la laissant se flétrir dans ses tracés, Julie Polidoro annonce une mutation naissante, contingente. Les fractures ne touchent jamais le contour de la toile et par là même la prolongent sans cesse. Ce n'est pas sans raison si elle a choisi un tissu bleu foncé.  Autre le rapport à l'atmosphère dont le titre de l'exposition fait référence, on pourrait penser aux idées d'unité absolue  et de  parfaite sérénité qu'Yves Klein poursuivait dans ses monochromes et qui l'ont poussé à commander la couleur International Klein Blue. Sept ans après la naissance du bleu Klein, en 1967, l'artiste Raymond Saunders publia une brochure intitulée Black is a Color dans laquelle il refuse de permettre que la couleur de sa peau détermine ce qu'il peut ou ne peut pas peindre. Bien plus tard, l'artiste américain David Hammons se tourna vers le bleu pour s'éloigner à nouveau de cette redondance d'être un afro-américain faisant de l'art afro-américain. Ainsi il développa les projets Blues and the Abstract Truth (1997, Kunsthalle Bern), Concerto in Black and Blue (2002, Ace Gallery), Blue is a Color (2017, CCA Wattis Institute for Contemporary Arts), etc.

 

Avec cette pièce Unstitched map, Julie Polidoro nous raconte un seul bleu multiple.

 

Andrea Rodriguez Novoa

Andrea Rodriguez Novoa est architecte et commissaire d’exposition.

En 2012, elle co-fonde BAR project, organisation indépendante basée à Barcelone et dédiée à l'échange artistique via des résidences et un programme de formation pratique en arts visuels qu’elle dirige depuis.

Sa réflexion porte sur l'espace et le temps, l'image et le récit. Elle mène des projets curatoriaux auprès de nombreux espaces tels que le Centre d’Art Contemporain Fort de Bruissin (Lyon), Centre Pompidou (Paris), Villa Arson (Nice), Casa Velazquez (Madrid), STROOM (La Haye), Centre d’Art HANGAR (Lisbonne), SOMA Mexique (Ciudad de México), 40m3 (Rennes), 18th St. Art Center (Los Angeles), Gwangju Biennale (Corée du Sud), École des Beaux-Arts de Quimper.

 

Actuellement, elle est membre du comité d’acquisition pour la collection du FRAC Basse-Normandie à Caen.

____________________________________________________

 

22 rue du Cloître Saint-Merri

75004 Paris 

> > >  + 33 (0) 6 63 79 93 34  

> > >  contact@valeriedelaunay.com