CORPS ET DÉSACCORDS

Kubra Khademi

Commissariat Gaïa Donzet

Du 29 juin au 7 septembre 2019

 

 

 

 

La galerie Valérie Delaunay est heureuse de présenter pour la première fois en France le travail de l’artiste afghane Kubra Khademi.

 

« Nous étions trop, nous n’étions pas précieuses, nous étions femmes » Kubra Khademi

 

Le visiteur entre dans l’espace de la galerie choisie pour son caractère intimiste, accentué spécialement pour l’exposition dans son aspect domestique par la présence de tapis recouvrant le sol. Personne n’ôte ses chaussures, personne n’y pense, bafouant ainsi la tradition sans s’en rendre compte ou bien sans y croire vraiment, participant ainsi à son propre insu à la façon de délaisser l’autre sans y prendre garde. C’est ce que Kubra Khademi nous montre, à travers ses dessins, ici sans aucun apitoiement ni sur son sort, ni sur son corps. 

 

La performance, c’est ce que l’on retient aussi de Kubra Khademi car c’est à cause de sa première performance dans les rues de Kaboul avec une armure de style moyenâgeuse, recouvrant ses formes de femme : seins, ventre, fesses qu’elle a dû fuir l’Afghanistan. Elle est arrivée en France en 2015, demandeuse d’asile. Elle reçoit en 2016 le titre de chevalier des Arts et des Lettres pour son travail. Un travail par lequel elle interroge ce que trop de femmes ont longtemps accepté en oubliant qu’elles pouvaient dire non. Kubra Khademi, elle, se rebelle jeune, très jeune. Les limites qu’on lui pose et impose, à elle comme à toutes les femmes, elle les refuse, les critique, les interroge pour mieux les vivre, les dépasser, les transcender. C’est ce que ses œuvres rappellent ici en refusant de porter la culpabilité et les suspicions des hommes ; hommes absents, transparents peut-être un peu comme ces fonds blancs autour de chaque scène, des ombres blanches ?

 

« Certaines générations ont accepté des comportements ce qui fait que les générations actuelles les acceptent aussi sans se rendre compte qu’elles ont le choix et peuvent refuser. Il y a une force surhumaine dans la femme que personne ne veut voir ou que l’on ignore soi-même pour protéger ainsi son homme. »

 

Aujourd’hui Kubra Khademi nous dévoile un nouveau pan de son histoire, d’autant plus intéressant qu’il est trans-générationnel. Elle nous parle de transmission à travers sa grand-mère, sa mère, d’elle, de ses sœurs et du conditionnement insidieux existant malgré soi, contre ses propres valeurs. Imaginez-vous grandir avec une mère qui ne s’exprime jamais, une grand-mère qui a eu cinq filles et un seul garçon et répète à ses propres filles et petites-filles : « Vous n’avez pas de chance si vous n’êtes pas mortes, Dieu vous en veut, je dois avoir une malédiction pour ne faire que de filles ». 

 

Une grand-mère travaillant dans les champs jusqu’au moment de ses accouchements où elle faisait alors une pause pour mettre l’enfant dans un linge sur le côté avant de reprendre son travail puis son enfant en fin de journée.

 

Paradoxalement c’est de sa mère et de sa grand-mère que Kubra Khademi a puisé sa radicalité, même si celles-ci diraient le contraire.

 

Alors évidemment, les corps que Kubra Khademi montre aujourd’hui exultent, portant à la fois le poids des traditions afghanes dans les populations les plus pauvres, le sérieux de la connaissance, l’innocence de l’enfance et l’imaginaire permettant l’errance de l’âme pour se protéger. Obligée de se détacher de son corps pour survivre, le corps devient vite un sujet d’étude et d’égo, à la différence que Kubra Khademi n’a pas besoin de se réfugier dans l’imaginaire pour survivre, au contraire c’est en proclamant haut et fort ce que font les autres qu’elle résiste.

 

Elle rompt avec courage le schéma familial, la chaîne humaine féminine qu’elle décrit avec acuité dans ses différentes œuvres de façon très maternelle. Œuvres qui ne sont pas pour autant des exutoires, elles sont des images précises qu’elle a en tête à la façon des miniatures ou des dessins de tapis qu’elle faisait adolescente. L’aspect naïf est d’ailleurs très important dans la perception de l’œuvre, il rappelle l’enfance de l’artiste et laisse parler son imagination pour représenter ce qu’elle voyait, vivait.

 

Un corps délaissé, un corps dévalué mais pas ignoré de tous. On frôle ce corps, on le maltraite depuis l’enfance, l’âge dit « tendre ». Le corps accepte par fatalité. Il en est de même pour ses sœurs et les générations précédentes qui l’ont avant elle accepté, tout comme sa mère et sa grand-mère. Mais Kubra Khademi a une force différente des autres, malgré le malaise, elle en parle, elle le dit. On la traite de folle dès son plus jeune âge, dès cinq ans. Pourquoi sa mère la traite-t-elle de folle haut et fort ? Peut-être pour la protéger car ce qu’elle dit est tellement vrai qu’en la condamnant à l’avance elle espère que les autres, les hommes, surtout n’écouteront pas ses propos. C’est cette même mère qui la bat, encore une fois, pour la punir, pour la protéger car les coups portés par le père ou les frères seraient beaucoup plus forts.

 

Elles sont six sœurs, « six bouches » comme les surnomment leurs frères, alors qu’elles rapportent plus d’argent à la maison qu’eux en confectionnant des tapis. L’injustice l’entoure et elle grandit avec la certitude qu’on lui impose : « Nous étions trop, nous n’étions pas précieuses, nous étions femmes »

 

Ce sont donc des dessins d’adulte stylisés par ses yeux d’enfant, refusant tout patriarcat, mêlant telle une lutte corps à corps des thèmes liés à la transmission : traditions, croyances, origine, exil, engagements, conquêtes  avec des thèmes sur la condition de la femme : fragilité, honte, transformation des corps,  accueil, sororité, décrivant comment la vie est un cercle dans lequel on répète sa constellation familiale par engagement quasi inconscient dans un jeu de présence, absence  avec un impact générationnel. Kubra Khademi nous force donc à une prise de conscience de ces corps désarmés dans la subversion qu’ils subissent en nous posant des questions de façon indirecte qui nous oblige à réfléchir sur l’impact du corps sur le cœur et inversement.

 

« Parler d’histoires personnelles dans la culture afghane traditionnelle est une chose horrible, on ne parle pas de soi, de qui on est »

                                                                                                                                      

Hors Kubra Khademi se dévoile devenant l’obstétricienne de sa vie familiale. Accouchant de son histoire, elle soulage ainsi beaucoup d’autres femmes, dépassant l’instinct féministe pour transcender une condition.

 

 

 

Commissariat et texte de Gaïa Donzet

____________________________________________________

 

22 rue du Cloître Saint-Merri

75004 Paris 

> > >  + 33 (0) 6 63 79 93 34  

> > >  contact@valeriedelaunay.com