PROJECT FOR A BEAUTIFUL LIFE

Radu Belcin

Du 19 septembre au 27 octobre 2018

 

 

Radu Belcin est né en 1978 à Brasov en Roumanie. Il est diplômé de l’École nationale des Beaux-Arts « Nicolae Grigorescu » de Bucarest. Les œuvres de Radu Belcin ont été présentées à la galerie Valérie Delaunay à Paris lors de l’exposition collective L’écho des murmures dédiée au rapport des artistes roumains, des différentes scènes artistiques (dont celle de Cluj), à l’Histoire politique et culturelle de leur pays.  

 

L’irréalité caractéristique de la mise en scène des sujets de Radu Belcin prend, dans cette exposition, une dimension nouvelle, entre surréalisme sombre et inquiétude mâtinée de science-fiction. La réponse à l’absence, à la violence de l’Histoire devient absurde au point de trouver ses causes dans une explication mystique, voire extraordinaire. 

 

La série “Lost Thoughts” représente un personnage, en apparence toujours semblable et cependant singulier évoquant d’anciens albums de familles ou des documents d’archive. Chacun de ces cinq portraits représente un homme contraint au silence dont l’humeur, le caractère, parfois l’identité même sont altérés, blessés. absents. Le visage devient un possible réceptacle des angoisses et des obsessions d’un peuple en quête de repères. Ainsi, la figure du double est récurrente comme avec les deux pièces de la série “Full of Self”, évocation d’une intériorité tourmentée. 

 

Qui sont ces hommes en costume gris, avançant dans une forêt inconnue ? Au milieu d’une clairière, apparaît un globe terne, en apesanteur. Le ciel ombragé semble habité par la foudre, brassé par des vents contraires. “Garden I” est une parabole énigmatique de l’Histoire roumaine. Avec “Landscape 2”, une autre énigme est livrée au regard. Un objet inconnu rase les herbes folles, lançant dans le crépuscule un point de lumière mystérieux. Les lunes qui rayonnent dans les toiles “In stillness” et “Trip 3” irradient d’une lueur étrange et font vibrer le halo qui entoure l’action représentée. La symbolique mélancolique déverse son atrabile sur la condition humaine. Nous y retrouvons nos propres errements dans le regard effacé de ces figures de l’inconnu. L’étrangeté appelle au silence du secret et aux troubles intérieurs d’une psyché affolée. L’ironique et allégorique “Learning to see” est une invitation à observer les rêves comme le lieu d’une révélation et d’un dépassement de l’Histoire. À travers les fumées de notre moi blessé se dessine l’espoir d’un ailleurs. 

 

L’exposition personnelle de Radu Belcin témoigne de la vivacité d’une scène roumaine hantée par l’Histoire et les blessures de l’intime, réinterprétant dans un langage pictural complexe le moi, le passé. Pourtant, le mystère apaise aussi l’âme. Et le surréalisme habille le trauma du voile de la fiction. Il est le lieu de la liberté d’espérer, de désirer et de la contemplation des fantasmes inavouables.

 

 

Théo-Mario Coppola

 

Curator-Director, CollezioneTaurisano 

Vice-Chair, C-E-A

____________________________________________________

 

22 rue du Cloître Saint-Merri

75004 Paris 

> > >  + 33 (0) 6 63 79 93 34  

> > >  contact@valeriedelaunay.com

Lost thoughts 4, huile sur toile, 2018, 45 x 35 cm