TUMULTES

Ulysse Bordarias

 

Exposition du 16 septembre au 30 octobre 2021

 

Tumultes (les ondes syriennes), 2021, huile sur toile, 200 x 400 cm
Tumultes (les ondes syriennes), 2021, huile sur toile, 200 x 400 cm

press to zoom
Tisser, 2021, huile sur toile, 97 x 130 cm
Tisser, 2021, huile sur toile, 97 x 130 cm

press to zoom
Porter, 2021, huile sur toile, 97 x 130 cm
Porter, 2021, huile sur toile, 97 x 130 cm

press to zoom
Tumultes (les ondes syriennes), 2021, huile sur toile, 200 x 400 cm
Tumultes (les ondes syriennes), 2021, huile sur toile, 200 x 400 cm

press to zoom

                                                                             « Donc, pourquoi construire un monde à partir de géométries et de lignes                                                                                       alors que le monde n’est que fluidité et passage ? »

                                                                               Histoires de peintures, Daniel Arasse

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Valérie Delaunay, Ulysse Bordarias présente un ensemble de peintures à l’huile récentes, des aquarelles et quelques volumes en papier mâché peints issus de ses dernières recherches.

Si l’on veut saisir le travail dans la complexité de ses origines, il faut laisser l’oeil se déplacer dans les toiles au rythme des fragments et des répétitions, accepter de laisser le regard se perdre dans ce qui ressemble à un monde imaginaire, la recréation d’un espace à la temporalité suspendue, la projection d’une image mentale aux couleurs passées, un état flottant.

Ce serait une erreur cependant de penser que l’artiste vit dans un monde éloigné de la réalité, que le présent lui importe peu ou que Tumultes, le titre de l’exposition, n’est qu’une allusion à Alberti, le philosophe savant humaniste de la Renaissance et ses conceptions de la peinture (1). Aussi surprenant que cela puisse paraître, les peintures d’Ulysse Bordarias font écho à des évènements de notre temps contemporain et l’effet d’irréalité « surréaliste » est une composante de la dynamique interne de son langage pictural. A la base d’une peinture est souvent une photo de presse, un document d’archives, un tracé d’architecture, une donnée scientifique, autant de matériaux hétérogènes juxtaposés à d’autres éléments récurrents, cratères, parties de corps, paysages, lignes... Reliés entre eux sans logique apparente et semblant être mis sur le même plan sans hiérarchie, ils sont soumis à une décontextualisation, où le sens littéral n’est plus lisible comme tel.

Ainsi, la toile grand format (4mx2m), qui donne son titre à l’exposition, avec sa vision « de loin », comme en surplomb et sa composition répétitive nimbée de teintes pastel, évoque peu l’idée du drame qu’elle a comme source. En cela, la deuxième partie de son titre « Les ondes syriennes » est un indice. Cette seule référence au pays meurtri nous rend d’un seul coup plus intranquilles face à la toile et laisse à penser un « envers du décor » dont seul l’artiste aurait le ressort. En l’occurrence, ici, le peintre parle « d’exorcisme pictural »(2) et cite la phrase de Picasso sur le sens de la peinture : « Ce n’est pas un processus esthétique ; c’est une forme de magie qui s’interpose entre l’univers hostile et nous, une façon de saisir le pouvoir, en imposant une forme à nos terreurs comme à nos désirs »(3). Réel et peinture sont avant tout une affaire de subjectivité. Pour Ulysse Bordarias, elle passe en partie par la métaphorisation, voire même par une approche poétique* du geste pictural. Il ne s’agit pas de montrer le conflit dans toute son horreur mais d’en donner une représentation créée au travers du prisme « de ses désirs et de ses peurs » (2). Il suffit de suivre le motif de la ville syrienne, dont une photo a servi de point de départ, répétée en plusieurs endroits de la toile, comme venant scander sa présence, faire tache dans le réseau de lignes où elle s’inscrit, pour se rendre compte que la vision panoramique de l’ensemble est perforée, faite de brèches, de failles, d’où surgissent des éclairs, des explosions, qu’il y a des corps à terre... un monde disloqué, et malgré tout relié, tissage sans début ni fin ; la trame pourrait se prolonger sur les côtés, ininterrompue au-delà des bords. Dans sa dimension de peinture d’histoire, revue sur le mode de l’ornementation, la toile raconte une tragédie de notre temps. Il ne faudrait pas croire non plus que, parce que nous en sommes loin, nous en sommes séparés. Plus que jamais résonne la question posée par le philosophe sociologue Bruno Latour « Où atterrir ? », et par une association libre que l’inconscient vient nous souffler, voir dans les volumes peints, les potentiels débris et morceaux arrachés de ce monde volant en éclat.

Sans qu’elle ne soit jamais démonstrative, ni déclamatoire, la préoccupation autour du temps présent se retrouve dans les autres séries de toiles et d’aquarelles, sur le même principe d’associations libres et étranges. Là, les parapluies sont ceux des manifestants de Hong Kong, ici, les banderoles celles de manifestations à Paris... Encore une fois, ce sont par les titres Soigner, Décrire, Porter et Tisser que s’élargit le champ de la pensée de la peinture. Plus encore que l’espace du rêve, la douceur à l’œuvre dans les peintures d’Ulysse Bordarias dessine les voies d’un nouveau territoire de nos affects.

Marie Gayet

Marie Gayet est commissaire d’exposition indépendante et critique d’art, membre du conseil d’administration www.c-e-a.asso.fr, collaboratrice régulière de la revue Artaïs Art Contemporain et de Tous les docs, association pour la promotion du film sur l’art.

* Le mot Poésie revient souvent au cours de la visite à l’atelier effectuée au préalable du texte

1-De pictura (traité de la peinture) de Leon Battista Alberti, 1435
2- Entretien avec Ulysse Bordarias,
3- Note rapportée par Françoise Gillot en 1964, donnée par Ulysse Bordarias